Que recherchez-vous ?

Entrez votre recherche, Walt s’occupe du reste.

Mal-être : Comment parler à mes parents

Tous les articles
 
Trop flemmard pour tout lire ? Voilà ce qu’il faut retenir :
 
  • Parler à ses parents de son mal être, c’est la plus grosse étape. Une fois que c’est fait, soufflez un bon coup
  • Vos parents ne vous jugeront pas, ils savent certainement vous donner les clés et les bonnes personnes pour vous aider à surmonter votre mal-être
  • Se préparer, identifier comment on peut nous aider font partie des étapes essentielles pour parler de cette période
  • Soyez honnêtes avec vos sentiments : vous-même et les personnes de confiance ne pourront que mieux vous aider
 
Inspirez, expirez, lisez mon article, et je vous promets que vous verrez mieux les choses.
 
 
Comment allez-vous ?
 
Une question que je ne vous pose pas assez je trouve. C’est vrai quoi, je fais toujours le thug mais il m’arrive d’avoir des sales périodes. 
 
D’ailleurs, je me sentais bien seul… Peur d’en parler, peur de le dire à mes proches, à mes parents et même plus envie d’aller au collège à l’époque. Pour vous dire, j’avais même abandonné la dernière saison de Charmed, ça me rappellerait trop de dark.
 
Tout ça pour vous dire qu’être mal dans sa peau, c’est toujours délicat. Je n’ai pas de remède miracle, mais j’ai quelques conseils qui vont redonneront un peu de baume au coeur, et de courage pour aller en parler

 

Se préparer à communiquer son mal-être

 

La dépression, le mal-être sont des mots lourds, comme si un menhir nous tombait sur la tête. Hors, ce n’est pas vraiment comme ça que cela se passe dans la réalité. En plus, la plupart du temps on n’ose même pas penser que c’est ce qu’on a, une grosse déprime.

Notre but ici, c’est d’adoucir ce phénomène. Pas pour minimiser cette période mais plutôt pour être capable d’en parler plus sereinement. 

 

  1. Nommer les choses et vos symptômes

Alors pour commencer, choisissez un mot plus doux, qui vous fait peut-être un peu moins mal. Ce peut être ce que vous voulez, même un petit prénom, le héros d’un dessin animé ou encore un mot générique comme “étape” ou “phase”. Ca sera votre manière à vous de faire référence à ce que vous ressentez en ce moment.

Justement, que ressentez-vous en ce moment ? Je veux dire, ça peut être physique : maux de tête, de ventre, du mal à dormir, etc. ou bien psychologique. Peut-être que vous vous posez beaucoup de questions, que vous avez eu une grosse embrouille avec d’autres gens du collège ou du lycée, que vous avez eu des mauvaises notes récemment, etc.

Quelque soit vos ressentis, concentrez-vous sur ces sensations. Cela vous permettra de mieux cerner votre état du moment, pour mieux l’expliquer à vos parents.

Et si vous souhaitez en savoir plus sur cette période qui vous traverse peut-être, vous pouvez aller directement sur le site de l’Institut de Psychiatrie.

 

  1. Déterminer une ou plusieurs personnes de confiance

Cette conversation sera toujours délicate, c’est sûr. Parler à ses parents de ses sentiments, c’est pas forcément quelque chose qu’on fait tous les jours. Et du coup, ça rend la conversation un peu trop solennelle et grave, alors qu’il n’y a rien de mal à dire que ça ne va pas. 

Rassurez-vous sur ce point, il est déjà fort probable que vos parents et les personnes avec qui vous vivez l'aient remarqué. Ben oui, ils ne sont pas dupes, ils voient bien que tu ne prends plus de goûter, ou que tu vas direct te coucher après manger. 

En leur dévoilant votre problème, vous leur permettrez de se sentir plus rassurés et de savoir quoi faire et comment le faire.

Alors peu importe si vous souhaitez parler à vos parents, votre soeur ou votre tata. Le plus important est que vous ayez une confiance aveugle en cette personne. Ce peut aussi être votre médecin traitant, le prof principal ou même le coach d'orientation

Et s’il y a plusieurs personnes, commencez par déterminer à qui vous souhaitez en parler en prem’s. Et c’est même valable chez les parents : l’un peut vous aider à en parler à l’autre par exemple. 


 

  1. Différents outils pour en parler

Ecrire une lettre.

Vous avez du mal à trouver les bons mots à l’oral ? Posez-vous et couchez-les sur le papier.

Et surtout, pas de panique ! C’est parfois hyper difficile de dire exactement ce qu’on ressent. Ecrire une lettre quand ça ne va pas peut vous permettre d’éclaircir un peu les choses dans votre tête, et de bien vous préparer à en parler plus tard de vive voix.

En parler de vive voix.

Parler de vive voix de son mal être est aussi une très bonne solution. Lorsqu’on discute d’un sujet très délicat comme la dépression, on peut vite perdre ses moyen et se laisser submerger par l'émotion. Ici aussi, tout ira bien. Vous avez envie de pleurer ? Faites-le. 

 

En tout cas, il sera plus facile de savoir quoi dire et comment le dire une fois que vous aurez anticipé la conversation. Je ne parle pas d’apprendre par coeur, mais de se faire des notes par exemple sous forme de liste. Sensations, sentiments, émotions, tout ce qui te passe par la tête, et même les phrases les plus horribles : c’est le moment pour tout balancer et se sentir soulagé(e) une fois cette liste dévoilée.

 

Quelque soit la manière de le dire, elle sera toujours la bonne puisque c’est vous qui l’avez décidée.


 

Mes conseils pour le jour J

 

Choisir un moment clé

Si vous pouvez, essayez de trouver un moment où la personne de confiance sera libre pour vous écouter. Pourquoi ne pas programmer un rendez-vous après tout ? Et pas forcément autour d’une table, cela peut aussi être pendant une soirée chill, une promenade avec le chien ou encore en voiture.

Du moment que vous êtes tous calmes, la conversation ne pourra qu’être bénéfique.

Vous ne savez pas quoi dire pour l’amorcer ? Vous pouvez tenter un « j'ai quelque chose de très important à vous dire. Quand est-ce que ce serait le bon moment pour qu’on en parle ? » ou encore “j’ai quelque chose qui me tracasse et je pense que je devrais vous en parler. Vous êtes dispo ?”

 

Parler avec « je » pour exprimer vos sentiments

Ca parait simple comme ça, mais croyez-moi qu’on devrait encore plus l’utiliser, même dans nos conversations quotidiennes en stage ou en cours.

Par exemple, au lieu de dire à vos parents “vous vous engueulez tout le temps”, essayez de le tourner en “je me sens triste, énervé, déprimé quand je vous entends vous crier dessus”. 

Aussi, osez dire “je me sens trop fatigué(e) et déprimé(e)” - ‘j’ai jamais envie de me lever le matin”, “je n’ai plus envie de me réveiller”, etc. Croyez-moi, il n’y a aucune honte à exprimer les sentiments tels que vous les ressentez. De plus, bien plus de gens qu’on croit sont déjà passés par là.

Se concentrer sur vos sentiments à vous, permettra à vos proches de mieux vous comprendre, et de saisir la détresse dans laquelle vous êtes.

Pour vous rapprocher de la personne que vous avez choisie, utilisez en commun le petit nom que vous avez donné à ce mal être. Ca sera comme une sorte de code entre vous, pour vous rassurer et être sûr que vous parlez le même langage.
 

Demander à consulter un médecin

Même si c’est peut-être une grosse étape, le médecin est formé pour ce genre de choses. Il(elle) saura vous accueillir les bras ouvert pour vous aider. Le médecin n’est pas du tout là pour juger, bien au contraire. Il(elle) pourra vous donner ses meilleures adresses et ses meilleurs conseils pour vous épauler.

En plus, seul(e) un médecin peut vous aider à savoir si vous souffrez d'une dépression. Aussi, demandez à vos parents si une certaine maladie mentale ou autre maladie d’ailleurs a été diagnostiquée dans la famille. Cela leur permettra de savoir que vous faites peut-être face à un problème qui pourrait être génétique.
 

Les règles d’or pour combattre son mal-être quand on est jeune

Peu importe ce que vous comptez dire à vos parents, et comment. L’important est de le faire, et c’est la plus grosse étape ! Voici ce que je peux vous dire en tant que bon Parrain, ou même Tonton :

  • Ne vous sentez en aucun coupable : la culpabilité ne sert à rien, ce qui est fait est fait

  • Vouloir garder les choses pour soi, c’est normal. Mais ce n’est pas une raison pour “protéger” ses parents : c’est leur rôle à eux ! Ils préfèreraient savoir ce qui ne va pas pour essayer de vous aider au maximum

  • Soyez honnête avec vous-même et vos sentiments, cela vous aidera à mieux les exprimer

Un peu plus rassurés avec ces conseils ? Aller, on prend une bonne inspiration, on expire, et on va parler à ses parents de son mal être.

Besoin d’encore un peu de temps pour réfléchir, pour parler à quelqu’un d’autre ? Vous savez que mes oreilles sont toujours ouvertes pour vous écouter et vous conseiller au mieux. Alors confiez-vous dans la petite bulle en bas de votre écran, ou bien sur Messenger. Comme vous préférez ! Et n’oubliez pas ma règle d’or : ce qui est dit dans mon chat, reste à tout jamais dans mon chat.

Vous aimerez aussi.