Que recherchez-vous ?

Entrez votre recherche, Walt s’occupe du reste.

Echec au bac : quelles alternatives ?

Tous les articles
Trop flemmard pour tout lire ? Voici ce qu’il faut retenir : 
  • Pour repasser votre bac après un échec, vous pouvez repasser le même type de b bac, dans le même établissement, ou bien changer de série, de type de bac (bac pro et bac général), voire d’école si besoin. 
  • Il existe des écoles spécialisées pour les élèves en difficulté, qui les aident à trouver leur voie : les Écoles de la Deuxième Chance (E2C).
  • Après un bac raté, vous pouvez aussi décider de faire une mission en service civique, pour vous sentir utile et être rémunéré tous les mois pendant quelques temps.
  • Mais plein d’autres métiers sont disponibles sans le bac : vous pouvez passer un CAP, vous rendre dans une école qui ne nécessite pas d’être bachelier, ou encore passer les concours de la fonction publique. 
Et parce que votre avenir mérite de s’y pencher un peu, lancez vous : lisez la suite de l’article !
 
 
La mauvaise nouvelle vient de tomber : vous avez échoué au bac. Allez, venez là, vous méritez bien un câlin.

 

gros calin

Ceci dit, une fois que vous aurez digéré la nouvelle, il faudra vous poser une question ultra importante : et maintenant, on fait quoi ?
 
Il existe plein d’alternatives après un échec au bac… et sans doute bien plus que vous ne le pensez ! C’est pourquoi j’ai décidé de vous les lister ici, en vous expliquant comment vous y prendre si vous voulez vous lancer. 
 
Allez courage : on va vous la trouver, cette voie qui va vous plaire !

Alternative #1 : Redoubler sa terminale après un échec au bac

Le première alternative si vous ratez le bac, vous la connaissez (et elle ne vous plaît peut-être pas) : il s’agit de redoubler votre terminale actuelle, pour repasser le même baccalauréat. Comme on dit : quand on tombe de cheval, mieux vaut remonter rapidement en selle !

Cowboy Winning GIF by LINDSEY L33

Ainsi, vous reprenez votre année comme vous l’avez fait l’année précédente. Bonne nouvelle : vous pouvez garder certaines notes de l’année précédente, et repasser uniquement une partie des épreuves.

C’est le cas même si vous échouez au bac 2020. La grande nouveauté va être que vous allez repasser le bac… sous sa nouvelle forme. Voilà comment se passera ce redoublement assez unique : 

  • Les nouvelles épreuves et les anciennes épreuves ont des équivalences : ça veut dire que certaines de vos notes de l’année précédente peuvent compter sur de nouvelles épreuves. Pour tout savoir sur ce sujet, allez consulter la page du site du gouvernement de ce pas !

  • Si vous repassez un bac S, ES ou L, vous devrez choisir deux spécialités, que vous repasserez.

  • Si vous repassez un bac professionnel, ces deux spécialités vous seront imposées dans votre programme de redoublement.

Pour choisir cette alternative après un échec au bac, il faut être motivé… mais beaucoup d’élèves passent par là chaque année ! Si vous avez un métier en tête que vous voulez absolument faire, et qui nécessite d’avoir le bac, ça vaut le coup de se donner à fond une année de plus. 

Changer de type de bac après un échec : c’est possible ?

La réponse est oui ! Mais attention : la démarche n’est pas toujours très simple.

  • Si vous voulez changer de section, pour passer par exemple d’un bac S à un bac L, il vous faudra l’accord de votre établissement, qui jugera de la validité de ce projet par rapport à votre dossier. Par contre, vous ne pourrez pas conserver vos notes au-dessus de 10/20… aïe.

  • Si vous voulez passer un bac professionnel plutôt qu’un bac général (ou l’inverse), la problématique sera la même. Mais parfois, un type de bac n’est vraiment pas fait pour certains élèves : renseignez-vous, et parlez-en avec le conseiller d’orientation de votre lycée.

 

Alternative #2 : Repasser le bac d’une manière différente

Pas très tenté(e) de retourner dans votre établissement, et voir les mêmes lieux, les mêmes profs… mais des camarades différents ? J’avoue que ça peut être un peu déprimant ; et surtout, pour certains élèves, ce n’est pas le meilleur moyen de décrocher leur bac.

Si besoin, n’hésitez pas à penser à ces différentes alternatives, pour repasser le bac, mais autrement : 

  • Passer le bac dans un autre lycée. Il est possible de vous inscrire dans un autre lycée (public ou privé) après avoir eu un échec au bac. Ceci étant, il vous faudra avoir un dossier assez canon pour faire ça. Si vous avez séché les cours une bonne partie de votre terminale, ça risque de coincer un peu… 

  • Passer le bac par le CNED. Il s’agit de l’école à distance ; et vous pouvez tout à fait y passer le bac. Le principe : vous prenez des cours par Internet toute l’année, mais passez 

Quoiqu’il arrive, dans ces deux cas différents, vous pourrez également garder certaines de vos notes de l’année précédente.

L’année sabbatique après le bac : une mauvaise idée ?

 

Ce n’est pas une mauvaise idée de prendre une année sabbatique après le bac… mais uniquement si on a un projet. Si votre objectif est de partir à l’étranger apprendre une langue, ou prendre le temps de penser à votre futur métier, pourquoi pas. Mais il vous faudra rester organisé(e), et penser à la suite.

 

Pour y réfléchir un peu plus intensément, vous pouvez lire mon article sur l’année sabbatique après le bac, et me dire ce que vous en pensez !

 

Alternative #3 : Passer dans une École de la Deuxième Chance (E2C)

Sans doute que les Écoles de la Deuxième Chance, aussi appelées E2C, ça ne vous dit rien. Pourtant, elles peuvent être une superbe alternative après un échec au bac. 

Le principe : vous entrez dans une école super spécifique, où vous passez votre temps entre : 

  • Des cours pour renforcer vos connaissances dans les matières principales (Français, maths, culture générale…)

  • Des stages en entreprise, pour essayer de trouver un métier qui vous botte

  • Des activités sportives et culturelles

Les E2C, ce sont en fait des études faites pour les jeunes en difficulté scolaire, qui veulent trouver leur voie et intégrer une entreprise dès que possible.

Pour candidater dans une E2C, il vous faudra passer par la Mission Locale la plus proche de chez vous. Vous remplirez alors un dossier, et aurez un entretien de motivation à passer avant d’être accepté(e). Parce que oui : votre motivation est le seul et unique critère de sélection pour entrer en École de la Deuxième Chance. Allez, on se chauffe, du coup ! 

Allez hop on grimpe

Alternative #4 : Passer un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) 

Psst, j’ai un secret pour vous : il n’y a pas que le bac comme diplôme ! Sans bac, il est toujours possible de passer un autre diplôme : le CAP, trois lettres pour “Certificat d’Aptitude Professionnelle”.

Le CAP après un échec au bac se passe en 2 ans, au cours desquels vous faites de l’alternance. Ça veut dire quoi, ça, l’alternance ? Tout simplement que vous passez une partie de votre temps à étudier à l’école, et l’autre partie en entreprise, à apprendre un métier dans son jus. 

Le CAP est une bonne alternative après avoir raté son bac, si vous avez un métier en tête. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il en existe des centaines auxquels vous pouvez accéder avec un CAP ! D’ingénieur à fleuriste, en passant par manager en restauration, aide médico-psychologique ou grutier… il y en a des possibilités.

Si cette alternative vous chauffe, je vous recommande de lire mon article sur le CAP, ici.

Alternative #5 : Tenter d’autres études accessibles sans le bac

Au-delà du CAP, il y a pas mal d’autres formations qui acceptent des élèves sans le bac

C’est par exemple le cas pour devenir : 

  • Ambulancier(e)

  • Assistant(e) dentaire

  • Puériculteur/trice

  • Animateur sportif (avec les diplômes que sont le BPJEPS ou BÉES)

  • Commercial (avec certaines écoles de commerce qui acceptent les non-bacheliers)

Le mieux, pour savoir si vous pouvez accéder au métier qui vous tente sans le bac et via d’autres formations, c’est de vous renseigner. Et pour ça, je vous conseille de venir me parler sur le chat : j’y suis souvent rejoint par mes amis du CIDJ, spécialistes de l’orientation des jeunes comme vous !

Alternative #6 : Faire une mission en service civique

Le service civique, ça vous dit quelque chose ? Si non, écoutez bien : ça risque de vous intéresser, après un échec au bac. 

Il s’agit tout simplement d’une expérience humaine, où vous vous engagez pendant 6 mois à 1 an dans des missions de solidarité. Ça peut par exemple être une mission pour aller donner un coup de main à des personnes âgées isolées, ou encore sensibiliser des jeunes à respecter l’environnement. 

Le service civique est rémunéré chaque mois à hauteur de 580€, et vous donne une première expérience en entreprise ou en organisation gouvernementale (ONG). Il donne souvent un vrai sens à une vie, et se fait surtout par passion. Allez voir ce que ça peut donner sur le site du gouvernement.

Qui sait : en faisant un service civique, peut-être découvrirez-vous un milieu dans lequel vous voudrez faire votre carrière plus tard ? 

kiss

Alternative #7 : Entrer dans la fonction publique

Allez, partons sur une dernière alternative après un échec au bac : travailler pour le gouvernement français. Eh oui : il y a pas mal de métiers de la fonction publique disponibles sans le bac (mais avec des formations particulières à chaque fois).

Sans le bac, vous pouvez par exemple : 

  • Devenir policier(e) national : si vous avez envie de faire régner l’ordre, et d’aider les autres, voilà qui peut être une bonne idée ! Le concours pour entrer dans la Police Nationale est accessible après un échec au bac. 

  • Entrer dans l’armée : que ce soit l’armée de terre, de l’air, de la marine, ou la gendarmerie, chaque corps d’armée a son concours spécifique, accessible avec ou sans le bac. Renseignez-vous pour savoir si cette option peut vous donner envie.

  • Passer le Pacte (parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière, d’État) : ce parcours de formation en 1 ou 2 ans, ponctué de stages, vous permet d’accéder à des métiers de catégorie C dans la fonction publique. Vous pouvez par exemple devenir aide-soignant(e), agent des impôts, magasinier(e) en bibliothèque, ou encore policier(e) municipal. Pas mal, hein ?

Vous l’avez compris : il y a pas mal d’options pour trouver votre voie, même après un échec au bac. Le plus important, c’est de trouver une voie qui vous convient, et vous donne envie d’avancer dans la vie. Besoin d’en parler un peu plus ? Je reste dispo, avec des conseillers du CIDJ, sur le chat. Pour ça, rendez-vous sur Messenger, ou cliquez sur la petite bulle en bas à droite de votre écran.

Vous aimerez aussi.