Que recherchez-vous ?

Entrez votre recherche, Walt s’occupe du reste.

Quels dispositifs pour garantir l’égalité des chances à l’école ?

Tous les articles
Trop flemmard pour tout lire ? Voilà ce qu’il faut retenir :
  • Des dispositifs sont mis en place pour les jeunes issu(e)s de milieux complexes et qui, pour diverses raisons, n’ont pas accès aux études supérieures
  • Un autre dispositif concerne cette fois les meilleur(e)s bachelier(e)s qui ont une aide pour accéder dans les formations de l’enseignement supérieur sélectives
  • Le Service Militaire Adapté offre une formation professionnelle aux jeunes ultramarins âgés de 18 à 26 ans en décrochage scolaire 
  • Le retour à la formation initiale est destiné aux jeunes de 16 à 25 ans ayant quitté le système scolaire sans obtenir de diplôme, à se former pour booster sa capacité à s’insérer dans la vie professionnelle
Lisez l’article entièrement pour connaître tous les détails des dispositifs d’aide aux élèves
 
 
 
Aujourd’hui, un truc me CHATfouine. Je vois que pas mal de jeunes, plus qu’on ne le pense, ont du mal à accéder aux études pour des raisons diverses ; difficultés familiales, problèmes d’argent, milieu social difficile…
 
Et ma remarque est la suivante : je trouve ça tellement dommage que certain(e)s loupent les cours pour des raisons qu’ils(elles) n’ont même pas décidé.
Et dire qu’ils(elles) n’ont même pas connu le hand spinner !
Elle est où l’égalité des chances ? Alors ça, ça me fout en rogne. 
 

respire walt !


Action réaction !  Il existe des dispositifs destinés aux élèves que ce soit pour le collège, les études supérieures, etc... On fait le point ensemble ?

 

L’égalité des chances pour les élèves issus de milieux modestes

Pour commencer en grande pompe, je ne vous balance pas 1, ni 2 mais bien 3 dispositifs pour garantir l’égalité des chances auprès de tous les élèves. BIM !

Terres d’emploi

Le premier dispositif me tient à coeur, vous allez comprendre pourquoi dans quelques lignes.

  • Terres d’emploi” a pour but de favoriser l’insertion des jeunes dans la vie active par leur professionnalisation grâce à des formations adaptées à leurs ambitions.

  • Ce dispositif s’adresse particulièrement aux jeunes issus des territoires en difficulté : zones rurales, quartiers prioritaires de la politique de la ville... Ces jeunes sont coaché(e)s sur-mesure, et continuent de se responsabiliser grâce à l’alternance. Quoi de meilleur pour prendre en main sa vie professionnelle et s’épanouir personnellement ?

Pour en découvrir plus sur Terres d’emploi, regardez juste un instant cette vidéo de présentation. Petit teaser : on met le feu, on combat et on fait des photos … avec moi !

Eh oui, moi aussi j’y étais ! Quand Walt parle, c’est pas bancal. Et toc !

Cordées de la réusitte

L’objectif des “Cordées de la réussite” est de faciliter l’accès à l’enseignement supérieur et aux plus hauts niveaux d’études. Les cordées de la réussite sont d’abord destinées aux jeunes issus d’un milieu modeste, et qui peuvent voir leurs études limitées à cause de leur origine sociale et/ou territoriale.

Une cordée, c’est en fait un partenariat entre des établissements de l’enseignement supérieur et des lycées généraux, professionnels, ou des collèges. On peut donc trouver des associations type université avec une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles ou un lycée avec une Section de Technicien Supérieur.

Ok pour le partenariat mais concrètement, qu’est-ce qu’on en fait ?

  • Grâce à cette association d’établissements, des tutorats sont mis en place entre les lycéens et les étudiants

  • Celles et ceux qui le veulent, peuvent être un soutien de taille pour un(e) élève, et ainsi lui faire connaître les études supérieures, le(la) soutenir dans ses ambitions, et l’accompagner autant que les deux en ont le besoin et l’envie.

Les internats de la réussite


On passe aux troisième dispositif : “les internats de la réussite”.  Celui-ci s’adresse cette fois-ci à des élèves motivé(e)s mais qui n’ont des conditions propices à étudier correctement. Cela peut passer par un manque réel de matériel au quotidien, des conditions sociales qui font qu’il est difficile de se rendre à l’école...

Pour palier à cela, les jeunes qui le souhaitent sont formés à l’internat. L’établissement leur offre un cadre fermé dans l’espace, mais ouvert dans l’esprit pour pouvoir correctement étudier et s’épanouir personnellement.

Aide aux devoirs, activités sportives et culturelles, participation à la citoyenneté et à la vie de l’établissement, tout y passe pour que les étudiant(e)s se sentent bien dans leur peau, et pour qu’ils(elles) puissent se construire un avenir professionnel. 

Pour parfaire le tout, les élèves boursiers ont une aide financière pour pouvoir payer les frais d’internat.

D’ailleurs, j’ai trouvé ici la liste des internats disponibles. Vous savez lequel est le plus proche de chez vous ?

Un dispositif pour les meilleur(e)s bachelier(e)s

Quoi de plus frustrant d’avoir réussi haut la main un examen et de ne pas pouvoir l'honorer en allant étudier après le bac ? C’est ça aussi l’égalité des chances !

Pour résumer, les meilleur(e)s élèves de chaque lycée bénéficient d’un accès particulier dans les formations de l’enseignement supérieur qui sont sélectives ou pas ! Pour le premier cas, on pense notamment à certains BTS dans des IUT prisés, dans des CPGE…).

Ainsi, 10% des meilleur(e)s élèves de chaque lycée dans chaque filière / spécialité de bac se verront attribuer le dispositif.

Motivant non ? Bon j’avoue, ça marche à la carotte mais moi, on me propose de la pâté je fais ce qu’on me demande !

Si vous venez d’un bac L et que vous souhaitez vous orienter dans une prépa vétérinaire, peut-être que votre candidature ne sera pas acceptée. Dans ce cas, on vous proposera une réorientation après les résultats du bac, adaptée à votre profil et vos ambitions.

Et finalement si après ça vous décidez de prendre une année sabbatique et de faire le tour du monde, vous avez le choix d’accepter ou non la proposition.

L’égalité des chances pour les militaires

Passons cette fois-ci aux militaires. Oui vous avez bien lu, je passe un peu du coq à l’âne. Ce n’est pas parce qu’on est militaire qu’on ne peut pas être perdu(e).

Le Service Militaire Adapté (SMA) est destiné aux jeunes ultramarins âgés de 18 à 26 ans, en décrochage scolaire et professionnel. L’objectif : les rabibocher avec le monde de la formation.

Le SMA accueille des jeunes tous les ans depuis plus de 50 ans, alors vous pouvez leur faire confiance.

La preuve en images, enfin en chiffres puisque 77 % d’entre eux trouvent un job ou une formation à la sortie.

Tenez, nous aussi on a bossé sur le sujet du décrochage scolaire. Alors si vous vous sentez concerné(e), si votre cousin(e) l’est ou qui que ce soit de vos connaissances, recommandez-lui nos solutions ici.
 

Le droit au retour à la formation initiale

Ce droit ne date pas d’hier, mais je me demande si beaucoup le connaissent. Son concept :

  • Si vous avez entre 16 et 25 ans

  • Et que vous avez quitté l’école sans diplôme

  • Alors vous êtes vivement convié(e) à rencontrer un(e) conseiller(e) d'orientation

  • Pour exercer ce droit, c’est très simple. Vous devez vous adresser à un centre d’information et d’orientation, une mission locale ou à Pôle Emploi.

Toutes ces personnes seront à votre écoute pour vous diriger vers les formations les mieux adaptées pour vous.

N’ayez pas peur de faire les (petites) démarches, vous verrez, ça vaut le coup après avoir obtenu votre diplôme ! L’égalité des chances, c’est justement d’avoir une seconde chance.

 

Ouf, je peux enfin respirer. Si vous avez des potes en décrochage scolaire, et que vous ne savez pas quoi faire pour eux, recommandez-leur franchement ces dispositifs ! Au pire, ils(elles) vous devront un Cacolac pour remercier.

Sinon, rejoignez-moi tout de suite sur mon chat, même avec vos parents si vous voulez (ou cliquez en bas à droite de votre écran). Mes ami(e)s conseiller(e)s sont là pour vous aiguiller. C’est parti !

Vous aimerez aussi.

Études supérieures

Les prépas littéraires