Que recherchez-vous ?

Entrez votre recherche, Walt s’occupe du reste.

Jeune sans diplôme : SOS, je ne sais pas quoi faire !

Tous les articles

La flemme de tout lire ? Voilà ce qu’il faut retenir : 

  • Être un jeune sans diplôme, ce n’est pas pour autant être perdu pour toujours dans la vie ! 

  • Pour trouver leur voie, beaucoup de jeunes se dirigent vers les prépa apprentissage : des formations courtes, qui permettent de trouver le métier qui vous convient, accompagné de près par un référent.

  • À la fin de cette prépa, vous aurez une idée d’où vous diriger pour trouver le métier qui vous fait vraiment kiffer. Que du bon.

Et pour en savoir plus sur tout ça, on s’active et on lit la suite de l’article !


 
Des jeunes sans diplôme, j’en rencontre tous les jours. Ils me disent souvent qu’ils ont l’impression que la société les oublie, qu’ils sont laissés de côté, comme la chaussette orpheline dans la machine à laver qu’on ne retrouve jamais. 
 

chaussette orpheline

Pour dédramatiser la situation, j’ai tendance à leur expliquer qu’on ne les oublie pas tant que ça : on leur donne même un nom, les NEET ! En Anglais dans le texte, ça veut dire “Not in Education, Employment or Training” ; donc “ni dans l’enseignement, ni employés, ni en formation”. Il paraît même qu’ils sont presque 13% en France, entre 16 et 25 ans. 
 
Mais surtout, ce que j’essaye de leur expliquer, c’est qu’être un jeune sans diplôme, ce n’est pas forcément être perdu dans sa vie pour toujours
 
Vous aussi, vous vous dites tous les jours “je ne sais pas quoi faire” ? J’ai une solution ultra simple pour vous aider à réfléchir à votre avenir, et pour trouver un métier sans diplôme. Promis, à la fin de cet article, vous ne vous sentirez plus comme une chaussette isolée.

“Je ne sais pas quoi faire” : l’angoisse des jeunes sans diplôme

Le truc à comprendre, pour arrêter d’avoir peur de l’avenir, c’est d’abord de voir que, quand on est un “NEET”, on n’est pas forcément bon à rien ! J’ai rencontré quelques jeunes sans diplôme qui ont bien voulu m’expliquer comment ils en étaient arrivés là. 

__

D’abord, j’ai rencontré Julien, 17 ans. Il est décrocheur scolaire… mais aussi fan de kickboxing ! Voilà ce qu’il m’a dit :
 

“Personne ne comprend ce qu’on vit, notre génération. Entre ce qu’on aurait envie de faire et ce qu’on peut faire en réalité, il y a un gouffre. L’école, elle reste bloquée sur ses petits diplômes, comme si un papier allait changer quelque chose pour nous, ou sur les grandes écoles, auxquelles je sais que je ne peux pas accéder. Du coup, je me demande si je vais pas trouver un emploi en intérim, ou un petit boulot en CDD, juste histoire de survivre.”

NEET sans diplôme

Il représente une partie des jeunes sans diplôme : ceux qui ne croient pas en l’école, voire qui se disent tous les matins “je déteste l’école !”. 

__

Dans la même ville que Julien, j’ai aussi papoté un peu avec Christophe, 19 ans. Il est ultra timide, et la première chose qu’il m’a dit, c’est “Je n’ai pas confiance en moi”. Ceci dit, il est aussi passionné par l’environnement, la nature, tout ça. Il m’a expliqué :
 

“J’ai arrêté l’école en terminale parce que j’étais vraiment nul, et parce que de toute façon les cours et le système scolaire ne m’intéressaient pas. Mais sans mon baccalauréat, je ne sais pas ce que je vais pouvoir faire. Je suis en recherche d’emploi, je traîne à la Mission Locale, mais j’ai bof confiance en l’avenir. Je sens que les recruteurs, ça les tente pas trop, d’embaucher un mec comme moi... ”

Jeune sans travail ni diplôme

Christophe, lui, fait partie des jeunes sans travail et sans diplôme qui se retrouvent déprimés par la formation initiale, parce qu’elle a fini par leur faire croire qu’ils étaient nuls, et qui arrêtent donc leurs études.

__

Et puis, souvent, on oublie que certains jeunes se retrouvent sans perspective d’avenir parce qu’ils sont mis à l’écart à cause de leur situation personnelle. C’est le cas des jeunes placés en foyer, en famille d’accueil, ou des jeunes mamans célibataires, dont la vie n’est pas facile, mais aussi de ceux en situation de handicap

Sur ce dernier sujet, c’est Sarah, 20 ans, qui m’a fait prendre conscience de ça. Malentendante, après une première année de fac de droit, elle pense à arrêter ses études :

“C’est compliqué d’étudier en fac quand on est porteur de handicap. J’ai loupé ma première année et là, j’ai encore du mal à avoir de bons résultats. D’un autre côté, plus j’y pense et plus je me dis que ce n’est pas vraiment ce que je veux faire. Est-ce que je vais rester au niveau bac toute ma vie ? Est-ce que je dois postuler dans un job qui me donne pas trop envie, et laisser tomber les études ?”

jeune maman sans diplôme

__

Le point commun entre tous ces jeunes, au-delà d’être des “NEET” ? Chaque matin, ils se disaient “Je ne sais pas quoi faire de ma vie”. 

Eh oui, je parle au passé ! Parce qu’aujourd’hui, vous seriez hallucinés de savoir que… 

  • Julien s’oriente vers les métiers de l’aéronautique, en commençant par un bac-pro aéronautique

  • Christophe a trouvé une formation pour devenir maréchal-ferrant 

  • Sarah se redirige dans une école handi-accueillante pour entrer dans les métiers de l’hôtellerie-restauration

Mais alors comment ils ont fait, pour passer de “jeune sans avenir” à “jeune plein de potentiel” ? Allez, je suis sympa, je vous donne leur secret.

La prépa apprentissage : la clé pour trouver un travail sans diplôme

 

Leur secret, à ces jeunes, ça a été de se lancer dans un mode de formation différent. Un truc qui ressemble à l’école, mais qui permet de mettre un pied dans le monde du travail, et surtout de reprendre confiance en soi, pour arrêter de se dire “Je ne sais pas quoi faire comme boulot” ! 

Et c’est simple à retenir, même si vous avez une mémoire de poisson rouge, puisque ça tient en 2 mots : prépa apprentissage. 

La prépa apprentissage, c’est pour qui ?

Disons-le clairement : la prépa apprentissage, ça s’adresse à tous les jeunes sans diplôme qui veulent que ça change. 

Que vous soyez… 

  • En décrochage scolaire

  • Allergique à l’école (outch, ça gratte !)

  • Isolé(e) du monde de la formation (jeune parent, en situation de handicap, en dépression…) 

  • En manque de confiance en vous du point de vue du monde du travail

… ça risque de vous plaire.

 

En soi, si vous êtes motivé(e) à trouver un métier qui vous plaît, en étant vraiment accompagné(e) de A à Z dans vos projets de vie, ça vaut le coup de regarder de ce côté-là. 

C’est ce qu’a fait Océane, 27 ans, jeune maman d’une petite fille trop chou depuis un an maintenant. J’ai demandé à être parrain de sa fille, elle m’a dit non direct... mais j’ai quand même écouté ce qu’elle avait à me dire sur la prépa apprentissage :

“Quand je suis tombée enceinte, j’ai dû arrêter la formation que je faisais dans le monde de la vente. Avec des nuits de 3 heures, et un budget familial à gérer, t’imagines la galère ! Je me disais, au début, qu’il était un peu trop tard pour reprendre mes études. Et en même temps, quand tu es jeune maman, le marché de l’emploi sans diplôme, ça reste difficile.

Et puis j’ai pris contact avec une école de ma région qui proposait la prépa apprentissage. On m’a rassurée, en m’expliquant que j’avais un avenir ! Je viens de finir mon année de prépa, et je me lance maintenant dans un BEP vente. Je vais pouvoir construire mon avenir, tout en pouvant élever ma fille comme il se doit. Je suis vraiment heureuse maintenant !”

Ça fait chaud au coeur, non ? (Même si je l’ai encore un peu mauvaise de ne pas pouvoir être le parrain de la petite…) 

je suis dégouté

Comment ça se passe la prépa apprentissage ? 

La prépa apprentissage, c’est un parcours personnalisé en fonction de vos attentes, de vos besoins. Que vous ayez déjà un métier en tête, ou que vous vouliez justement trouver votre voie, c’est parfait pour tous les jeunes sans diplôme mais avec de l’ambition. 

Si le déroulement dépend des écoles dans lesquelles vous faites votre prépa apprentissage, en général, ça consiste en… 

  • Une formation de 140 à 240 heures en petits groupes, pour reprendre en douceur les études

  • Être accompagné par un référent pédagogique, toujours dispo pour parler de vos projets et des débouchés des secteurs qui recrutent

  • Des stages en entreprise, pour tester le métier qui vous chauffe et avoir une première expérience professionnelle sur le marché du travail

À l’issue de la prépa, vous pourrez accéder à une formation en apprentissage ou en alternance qui vous convient vraiment. Plus besoin de pointer à Pôle Emploi : vous avez un vrai projet professionnel, et vous êtes prêts à entrer dans la catégorie des jeunes diplômés.

C’est ce qu’a vécu Yann, 16 ans, dont la vie jusqu’alors n’a pas été easy. Jeune orphelin, après avoir été placé en famille d’accueil, puis en foyer, il est désormais prêt à trouver le métier de ses rêves : 

“J’ai jamais aimé l’école. Tout ce que je voulais, c’était me lancer dans la vie active le plus tôt possible pour me débrouiller tout seul. Mais il y a plein de choses que les profs de l’école “normale” ne comprennent pas. Moi, je voulais bien étudier, mais à condition que ça me serve à quelque chose !

En prépa apprentissage, j’ai rencontré mon référent, Grégoire. Ca a tout de suite matché, et il m’a aidé à trouver ce pour quoi j’étais fait. Après y avoir bien réfléchi, je me dirige maintenant vers le boulot de développeur web. J’ai compris que j’étais bon dans ces métiers du digital, et ça fait du bien. J’ai même pu prendre le temps de passer mon permis pendant la prépa, grâce à Grégoire, qui m’a aidé dans les démarches. Trop hâte de décrocher mon premier CDI après les études !”

 

Allez, roulez jeunesse !

 

Ca roule ma poule

Et pour en savoir plus, on fait comment ?

Tenté par la prépa apprentissage ? Rendez-vous sur la page de #KiffeTonProjet, où vous trouverez toutes les écoles qui proposent ce parcours personnalisé, fait pour les jeunes sans diplôme plein de motivation. 

 

Une fois que vous avez trouvé une école qui vous tente, vous pouvez même demander à être rappelé. Derrière, vous pourrez parler de vos objectifs, de la façon dont vous voyez l’avenir, des prochaines étapes pour vous. C’est d’ailleurs le gros plus de ces cursus : un vrai accompagnement humain. Rien à voir avec l’école traditionnelle.

Allez, maintenant, vous n’avez plus aucune raison de dire “Je ne sais pas quoi faire de ma vie” : l’avenir vous attend !

Vous aimerez aussi.