Que recherchez-vous ?

Entrez votre recherche, Walt s’occupe du reste.

Être étudiant-entrepreneur : toutes les clés pour lancer son projet

Tous les articles
Trop flemmard pour tout lire ? Voilà ce qu’il faut retenir :
 
  • Il existe un statut spécial pour les Mark Zuckerberg qui sommeillent en vous : le Statut National Étudiant-Entrepreneur.
  • Grâce à ce statut, vous vous formez à la gestion d’entreprise, tout en créant votre projet jour après jour, accompagné.e par des spécialistes.
  • Vous pouvez aussi bénéficier d’aides au financement de votre projet, de coworkings, de bourses étudiantes… Le tout est de postuler, via un formulaire en ligne bien costaud.
 
Et pour en savoir plus, et découvrir mes conseils concrets pour réussir en tant qu’étudiant-entrepreneur, lisez la suite de l’article !
 
Ca vous a pris, il y a quelques jours de ça : vous avez trouvé une idée géniale d’entreprise à monter… mais vous vous dites que c’est quand même compliqué, à votre âge, de mener études et entrepreneuriat de front. 
Pourtant, être étudiant et entrepreneur, c’est possible ! 

 

Mais c'est ça je suis un entrepreneur !

Et même si rien ne vous empêche de vous lancer seul, en parallèle de vos études, il existe un statut spécifique pour ça : le Statut National Étudiant-Entrepreneur. C’est de ça dont on parle dans cet article, pour les Bill Gates en herbe.
 

Le Statut National Étudiant-Entrepreneur : c’est quoi, ça ?

Le Statut National d'Étudiant-Entrepreneur (SNEE) est un statut particulier, reconnu par l’Etat, qui permet de lancer son projet d’entreprise tout en continuant ses études. 

Si vous bénéficiez du SNEE, vous accédez à tout un tas de chouettes dispositifs, pour : 

  • Vous former à l’entrepreneuriat et à la gestion d’entreprise, et obtenir un D2E (Diplôme d'Établissement Étudiant-Entrepreneur) reconnu par l’Etat lui aussi

  • Vous aider à trouver des financements, via des concours régionaux ou nationaux, mais aussi des levées de fonds

  • Vous permettre de signer un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE)

Ce diplôme ne se prépare pas dans n’importe quelle école ou université ! Seules les PEPITE, Pôles Etudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat, peuvent accueillir les étudiants-entrepreneurs ayant le statut de SNEE.

Il y a 23 PEPITE sur le territoire français (en métropole et outre-mer, oui oui messieurs dames !). Dans ces établissements faits pour ceux qui rêvent de voir leur projet aboutir, on retrouve des espaces de corworking, et des équipes dédiées à l’accompagnement des jeunes. C’est pas beau, ça ? 

des espaces pour les jeunes, c'est pas génial ?

Qui peut demander le statut étudiant entrepreneur ?

Là, vous allez kiffer : du moment où vous avez le bac (ou un diplôme équivalent du même niveau), vous pouvez demander le statut étudiant-entrepreneur. Eh oui, avant que vous posiez la question : ça, c’est quel que soit votre âge.

Ceci dit, vous devez tout de même avoir une bonne idée du projet d’entreprise que vous souhaiteriez mener à bout avec ces études. Ce peut être une boîte… 

  • Que vous créez de A à Z, ou que vous reprenez d’une autre personne

  • Que vous lancez seul, ou avec d’autres personnes

  • Qui ait une ambition économique ou sociale… 

En somme, si vous êtes capable de faire un pitch de votre idée, de manière précise et engageante, vous avez tous les droits de postuler pour être étudiant-entrepreneur !

Ca va sans dire que vous devrez être motivé. Lancer une boîte, c’est déjà du taff en soi… alors si vous y ajoutez des études en parallèle, c’est costaud. 

c'est du gateau

Comment demander le statut étudiant entrepreneur ?

Pour obtenir ce statut d’étudiant-entrepreneur, vous allez devoir présenter votre candidature. Et il va falloir être convainquant.e, croyez-moi ! 

Rendez-vous sur le site du SNEE pour commencer à postuler.

On vous demandera d’abord quelques infos sur vous : nom, prénom, mail et portable, et votre statut actuel (étudiant ou non). Vous devrez ensuite indiquer si votre projet de création ou de reprise d’entreprise est individuel ou collectif.

 

Ensuite, c’est parti pour expliquer précisément l’idée de boîte que vous avez derrière la tête. Vous voyez que le formulaire est bien costaud, et qu’on vous demande de détailler la valeur ajoutée, l’avancement et la structure juridique de votre entreprise. 

Il vous faudra ensuite sélectionner, selon votre région, l’établissement que vous voulez intégrer : la fameuse PEPITE qui va accueillir votre propre pépite (votre entreprise). On vous signalera alors quand les candidatures seront ouvertes… ce qui ne vous dispense pas de finir le formulaire dès maintenant.

Le petit plus : vous pouvez demander d’avoir accès à un espace de coworking dans votre PEPITE. Trop chouette, pour réseauter !

 


Ensuite, c’est parti pour décrire votre parcours jusqu’alors. On vous demandera les références de votre diplôme, mais aussi les aménagements que vous voulez avoir (valider des équivalences ECTS, avoir une année de césure pour vous focaliser sur votre entreprise…). 

 

Dernière page du formulaire, et pas des moindres : celle où vous devez décrire votre profil, mais aussi votre motivation. Donnez tout, détaillez à fond vos objectifs et vos rêves : vous aurez d’autant plus de chances d’être sélectionné.e !

Une fois que vous aurez rempli ce formulaire, vous devrez attendre la réponse de votre PEPITE pour obtenir (ou non) le statut Nationale d'Étudiant-Entrepreneur. 

Quelques conseils pour réussir en tant qu’étudiant entrepreneur

Perso, j’ai totalement confiance en vous pour réussir votre projet d’entrepreneuriat en tant qu’étudiant. Mais il faut reconnaître que ça risque d’être sport ! Voici donc quelques conseils bien sentis pour ceux d’entre vous qui ont une âme de Steve Jobs.

Savoir surfer sur ses deux statuts

Si vous décrochez le SNEE, vous allez pouvoir profiter d’un statut ultra particulier, qui vous permet d’être entrepreneur et étudiant à la fois. Mais c’est à vous de trouver tous les aménagements qui pourront vous aider à réaliser votre rêve ! 

Pensez par exemple à : 

  • Remplacer votre stage d’études obligatoire par votre propre projet d’entreprise

  • Demander des équivalences universitaires (ECTS) pour votre taff sur votre boîte

  • Demander à conserver les bénéfices de la sécurité sociale étudiante (dispo si vous avez moins de 28 ans)

  • Demander à conserver votre bourse étudiante, si vous en avez une… 

Renseignez-vous au maximum pour profiter de tous les bénéfices de votre statut. Après tout, vous êtes prêt.e à monter une boîte : la paperasse, ça vous connaît, non ?

c'est parti pour la paperasse

Organiser son temps de travail comme un boss

Vous vous doutez que pour réussir à obtenir votre diplôme en même tant que vous bossez sur votre projet, il va falloir avoir une organisation digne d’un vrai boss (que vous êtes). 

A vous de jouer : 

  • Créez-vous des plannings d’heures fixes pour taffer pour les études d’une part, et sur votre projet d’autre part 

  • Usez et abusez de rétroplannings, pour développer vos idées au fur et à mesure. Je vous recommande des outils gratuits comme Trello ou Asana, pour organiser visuellement tout ce que vous avez à faire

  • Anticipez les examens et les partiels, histoire de ne pas être pris au dépourvu

Le petit plus ? Quand vous avez du mal à vous motiver, faites-vous des checklists, où vous cochez chaque tâche effectuée au fur et à mesure. Rien de mieux pour être au max.

 

Se fixer les bons objectifs 

Quand on se lance dans l’aventure entrepreneuriale, il est facile de se mettre à rêver à la gloire. Ok, mais avant d’arriver au top, vous savez sans doute qu’il y a tout un tas de petites victoires à décrocher ! 

Pour rester motivé en tant qu’étudiant-entrepreneur, et avancer aussi bien sur votre étude que votre projet, la clé tient au fait de se fixer les bons objectifs. 

Dans le marketing, les meilleurs objectifs sont ceux qu’on appelle S.M.A.R.T : et si vous vous en inspiriez ? Vos objectifs doivent être :

  • S comme spécifiques : si possible, posez des chiffres précis sur votre objectif (obtenir 2000 followers sur Instagram, faire un chiffre d’affaires de tant d’euros…) 

  • M comme mesurables : votre objectif doit pouvoir être suivi de A à Z, avec des métriques particulières

  • A comme ambitieux : vous savez ce qu’on dit ? “Sky is the limit!” (le ciel est la limite)

  • R comme réaliste : ne vous emballez quand même pas trop, vous devez pouvoir atteindre votre objectif

  • T comme temporellement définis : fixez-vous une limite de temps pour accéder à votre objectif.

Inspirant, non ? Allez, à vous de devenir S.M.A.R.T. 

y en a là dedans hein

Travailler son réseau 

Dernier conseil, et non des moindres : profitez de ces années d’études pour développer votre réseau ! Que ce soit vos profs, vos collègues étudiants, votre réseau de PEPITE… pitchez votre projet régulièrement, et soignez les contacts les plus intéressants pour la suite de votre entreprise. 

Si le sujet du réseautage vous intéresse, je vous avais déjà conçu un guide sur le sujet, que vous trouverez ici. A lire sans plus attendre !

Alors, tenté par le statut d’étudiant-entrepreneur ? Venez m’en parler sur le chat ! Pour ça, cliquez sur la petite bulle en bas à droite de l’écran, ou rendez-vous directement sur Messenger. J’ai toujours de bons petits conseils pour vous aider à réaliser vos projets.

Vous aimerez aussi.

Boîte à outils pour réussir mon projet

Comment gérer son budget pendant son alternance ?