Que recherchez-vous ?

Entrez votre recherche, Walt s’occupe du reste.

Devenir un as de la négociation pour réussir son parcours pro

Tous les articles
Trop flemmard pour tout lire ? Voilà ce qu’il faut retenir :
  • Une négociation de salaire, ça se prépare : pensez aux salaires maximum et minimum que vous visez, mais aussi aux arguments qui feront mouche auprès de votre interlocuteur.
  • Soyez ambitieux, mais restez aussi raisonnable : si vous êtes au début de votre carrière professionnelle, vous n’êtes pas non plus le prochain Bill Gates !
  • Pendant l’entretien, synchronisez votre attitude sur celle de votre interlocuteur : c’est ce qui créera du lien entre vous et lui / elle.
Et pour devenir un(e) pro de la négo, on continue de lire l’article jusqu’au bout !

Vous avez trouvé un job qui vous botte, dans une entreprise où vous vous voyez évoluer et vous épanouir. Seul hic : le salaire proposé pour le poste n’est pas vraiment à la hauteur de ce que vous imaginiez… 

 

négocier son salaire

 

C’est le bon moment pour prendre un cours de négociation avec moi, Walt ! 
Il vous servira non seulement pour négocier votre premier salaire, mais pourquoi pas aussi pour faire baisser les prix sur votre prochain achat sur Vinted ou Leboncoin. Que du bon !

 

Préparez vos chiffres-clés de négociation

La première chose à bien comprendre, c’est qu’on n’entre pas dans une négociation sans être un minimum préparé. Arriver en face de votre patron ou des RH à la one-again, c’est comme entrer sur un champ de bataille sans armes et sans stratégie : c’est voué au carnage. 

Pour bien préparer la négociation de votre premier salaire, pensez à plusieurs chiffres, à savoir : 

  • Quel salaire vous voulez idéalement atteindre

  • Quel salaire vous allez demander en premier lieu (sachant que votre interlocuteur va sans doute le faire baisser, je vous l’explique juste après)

  • A partir de quel salaire vous n’accepterez pas le job 

En gros, pensez à ces chiffres comme une équation. Ca ressemblerait un peu à ça : 

Salaire que vous allez demander > salaire idéal > salaire qu’on va vous proposer > salaire en-dessous duquel vous n’accepterez pas le job 

Avec ces chiffres en main, notés sur un carnet qui vous accompagnera pendant vos discussions, vous aurez une bonne base pour parler sous-sous.

Soyez ambitieux dans votre négociation… 

Pour entrer dans une négociation comme un boss, il s’agit d’être ambitieux. Le principe, c’est que vous allez annoncer un montant, et que votre interlocuteur vous proposera sans doute une offre plus basse ensuite. 

Donc autant viser haut ! Commencez toujours par annoncer un salaire un peu plus élevé que ce à quoi vous aspirez. 

Vous doutez un peu de vous ? Sachez que les patrons et les RH, pour la plupart, ne trouveront pas abusé le fait qu’un jeune comme vous veuille négocier son premier salaire. Les plus cools d’entre eux trouveront même que c’est une preuve que vous avez une force de caractère, une ambition solide, et un vrai atout pour leur entreprise !

négocier votre salaire lors de l'entretien

… mais restez tout de même raisonnable !

Votre ambition ne doit pas vous faire partir en freestyle pour autant. Si vous postulez à un job junior (qui demande moins de 2 ans d’expérience dans l’offre d’emploi), évitez de balancer un salaire à 6 chiffres. 

Mais alors c’est quoi, être raisonnable dans sa proposition de départ ? Pour le savoir : 

  • Renseignez-vous sur les salaires proposés sur le même type de poste, avec le même type d’expérience. Vous pouvez aller fouiller sur les job boards (comme l’APEC, Pôle Emploi, ou encore RegionsJob) ou sur les offres d’emploi LinkedIn, et y voir si certains salaires sont annoncés.

  • Demandez à vos camarades, au CFA ou à l’école, s’ils ont une idée du salaire qui les attend, eux. Ca peut vous donner un ordre de grandeur intéressant.

  • Questionnez des connaissances plus âgées, sur le premier salaire qu’ils ont obtenu dans leur carrière. C’est encore plus malin si vous avez des contacts qui ont fait le même taff que vous.

Rappelez-vous : vous avez une vraie valeur, elle vaut de l’argent… mais vous n’êtes sans doute pas non plus en position de demander un salaire à la Mark Zuckerberg.

Pensez à d’éventuelles compensations

Dans beaucoup de négociations de salaires, les RH ou les patrons s’arrêtent à un montant définitif… qui peut ne pas vous convenir. 

Mais tout n’est pas perdu pour autant ! Vous pouvez trouver des compensations, autres que de l’argent ajouté directement à votre salaire, pour continuer à négocier. 

Voilà quelques idées à envisager, avant de vous entretenir avec votre interlocuteur : 

  • Demander une rémunération au variable. Le principe : chaque mois, ou en fin d’année, si vous atteignez des objectifs précis, on vous verse de l’argent en plus.

  • Demander à suivre une formation au cours de l’année qui vient. Ce peut être un moyen de développer vos compétences, et donc de viser un salaire plus haut quelques mois ou années après.

  • Demander à revoir le salaire qu’on vous propose dans 6 mois, ou un an, en fonction de votre évolution, et de celle de l’entreprise.

Sachez mettre en avant vos forces et vos atouts

Avant d’entamer la négociation, il vous faut aussi préparer vos arguments-phares. Et parmi eux, il y en a qui font mouche : vos forces, vos atouts, vos compétences et votre savoir-faire. 

Bien sûr, si vous avez déjà présenté un CV et une lettre de motivation canons, vous avez déjà repéré vos compétences et vos qualités. Mais n’hésitez pas à les revoir, juste avant d’aller parler avec votre interlocuteur

Vous pouvez aussi creuser plus loin. Par exemple, si le poste proposé est un CDI, juste après que vous ayez fait une alternance dans la même entreprise, vous pouvez mettre en avant le fait que vous êtes déjà formé au métier, aux process de l’entreprise, et que vous adorez votre taff au quotidien. 

Donnez de quoi motiver votre interlocuteur à ouvrir le portefeuille, quoi. 

convaincre votre recruteur de sortir son porte monnaie

Surfez sur les besoins de l’entreprise

Deuxième type d’argument auquel réfléchir avant votre négociation : les besoins de l’entreprise qui vous propose un contrat. 

Les RH ou le patron à qui vous parlez doivent sentir que votre profil les aide à répondre à des soucis qu’ils rencontrent. 

Voilà ce que ça peut donner, concrètement : 

  • L’entreprise est en quête de quelqu’un qui connaisse un logiciel bien spécifique ? Mettez en avant le fait que vous le maîtrisez (si c’est vrai uniquement) ou que vous êtes super à l’aise avec les nouvelles technologies.

  • L’entreprise compte se lancer à l’international dans les mois à venir ? Si c’est le cas, expliquez bien que vous êtes ultra à l’aise en Anglais.

  • L’entreprise cherche une recrue depuis plusieurs mois, en vain ? Expliquez que vous êtes dispo dès que possible, prêt(e) à prendre le poste directement !

Vous avez compris le principe : vous ne vous vendez pas vous, mais plutôt une solution aux besoins de votre recruteur. Et ça, ça justifie le fait que vous négociez votre salaire ;) 

Synchronisez-vous sur votre interlocuteur

La négociation, c’est aussi beaucoup une affaire d’humains, d’émotions et de ressenti. On n’imaginerait pas négocier avec un robot pré-programmé, n’est-ce pas ?

Du coup, vous aurez beaucoup plus de chances d’être convainquant, pendant votre entretien, si vous vous calquez sur l’attitude et la façon d’être de votre interlocuteur.

Il est très calme ? Soyez-le aussi. Il est plus punchy ? Montez que vous avez tout autant de peps. Il a une posture plutôt tendue ? Tenez-vous bien droit, et regardez votre interlocuteur dans les yeux, pour prouver que vous êtes vous aussi sur le qui-vive.

Le fait de mimer (sans se faire cramer, hein !) les attitudes de la personne que vous avez en face créé du lien avec lui, inconsciemment. Vous vous mettez à sa hauteur, et vous parlez alors d’égal à égal : la situation idéale pour négocier votre salaire, en somme.

make money

N’ayez pas peur d’attendre un peu

Votre entretien s’est bien passé : vous avez eu la bonne posture, les bons arguments, et vous avez annoncé le montant pour lequel vous acceptez d’être embauché. 

Seulement, votre interlocuteur vous annonce qu’ils “vont y réfléchir”, et qu’on “vous donnera une réponse bientôt”. Ca fait un peu flipper, quand on vient d’abattre cartes sur table. 

Ne paniquez pas : avec un grand sourire, remerciez le RH ou le patron, et expliquez que vous restez disponible pour en parler, quand il ou elle le souhaite. C’est la fin de la première partie de la négociation… mais pas forcément du deal ! 

Vous aurez peut-être après, encore, des échanges par mail, voire de nouveaux entretiens, pour continuer à discuter de votre salaire, des compensations éventuelles, de vos missions… Apprêtez-vous à être réactif(ve), et à rentrer de nouveau dans le game. 

Allez haut les coeurs : vous avez été convaincant(e), c’est maintenant à l’entreprise de jouer, de compter ses sous, et de vous faire sa proposition !


En attendant, si vous voulez parler un peu plus de votre carrière professionnelle, je reste dispo pour vous sur le chat. Deux solutions pour me rejoindre : soit cliquer sur la petite bulle en bas à droite de la page, soit vous rendre directement sur Messenger. Venez, ça me fera plaisir de papoter avec vous !

Vous aimerez aussi.

Boîte à outils pour réussir mon projet

Le calendrier de votre alternance : les démarches à mener

Boîte à outils pour réussir mon projet

Tout pour réussir son entretien d’embauche en alternance